Actualités, évènements et entrevues

Romans et récits

2 octobre 2013

Entrevue avec Emmanuelle Tremblay à propos de son premier roman, Je suis un thriller sentimental

Par Éditions du Boréal

Tremblay_Emmanuelle_wL97827646228031Je suis un thriller sentimental, c’est une histoire pleine de catastrophes…

que j’ai voulu écrire pour montrer l’ampleur que peut prendre la violence du mensonge dans les relations humaines. On pourrait considérer l’ensemble comme un catalogue des coups qui sont portés par le mensonge et des déséquilibres qu’ils occasionnent. Dans son ensemble, le roman peut donner le vertige en raison de la frontière souvent indéterminée entre le vrai et le faux, mais je crois que ça se termine bien. Enfin, tout dépend des interprétations qu’on peut en faire!

Un roman où il est question d’amour, de sentiments, de sexualité, de trahison…

L’amour? Il est souvent réduit à des clichés qui s’interposent entre les gens et qui empêchent ceux-ci de discerner les nuances de leurs sentiments, d’épouser les mouvements véritables de leur affectivité. L’amour romantique et éternel, tout comme le Don Juan, sont des clichés avec lesquels mes personnages sont aux prises. Les personnages féminins, surtout, sont fascinés par un discours amoureux qui tisse une toile autour d’eux. Ces femmes ont besoin de croire à ce discours, malgré tout ce qui le contredit, car elles n’arrivent pas à assumer leur profonde insécurité. L’amour est une fiction dont elles sont prisonnières. D’où l’aspect tragique de leur condition, car elles n’ont aucune prise sur leur réalité. On parle beaucoup d’amour dans ce roman-là. Mais l’amour y est paradoxalement le grand absent. En fait, il y a une dimension virtuelle que je voulais explorer et qui apparaît de façon plus évidente dans la relation à distance entretenue par deux des personnages grâce à un échange de courriels.

Un roman de près de 45 chapitres, composé de fragments, et beaucoup de dialogues…
Je voulais que le style soit porteur de chacune des trajectoires des personnages, qui incarnent tous une façon singulière de réagir à la crise dans laquelle ils se trouvent plongés. Une tonalité pathétique rend compte de la descente aux enfers d’Amy, qui lutte contre les effets destructeurs de sa relation amoureuse. Le ton plus léger de la narration décrit l’attitude de Caroline, qui s’accroche aux apparences et reste dans le déni. George emprunte pour sa part un ton philosophique révélateur du regard qu’il porte sur la dérive de sa propre existence. Quant à la trame policière, où apparaît le personnage de l’inspecteur Wallerstein, elle s’est imposée d’emblée pour mettre en scène le combat de la rationalité contre la manipulation et la quête de justice. Ce qui donne une structure d’ensemble hétéroclite, même si tous les fragments sont unis par la référence théâtrale. En fait, on peut considérer chacune des séries de fragments comme des extraits de livres où la même tragédie est racontée selon des points de vue différents. C’est d’ailleurs un peu comme ça que je donne du sens à certaines choses dans mon quotidien, à partir des échos qui se créent entre ce que je lis, d’un livre à l’autre ou en surfant sur le web. Cette façon de faire m’est donc venue naturellement. J’ai fait lire la première partie à ma belle-sœur. Le passage d’un genre à l’autre (et d’un temps à l’autre) ne semblant pas lui déplaire, j’ai donc continué sur cette erre d’aller sans trop me poser de questions. Dit autrement, la participation du lecteur est un élément central de ma démarche, car c’est lui qui reconstruit la vérité des événements en faisant des liens entre les récits décousus.

Je suis un thriller sentimental est disponible en librairie et au format numérique.
Lisez les premières pages de Je suis un thriller sentimental !

Aucun commentaire

Il n’y a pas encore de commentaires sur ce billet.

Laisser un commentaire


Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec