Actualités, évènements et entrevues

Communiqués

23 mai 2014

Avis à nos lecteurs

Suite à la décision de Renaud-Bray de modifier unilatéralement ses conditions commerciales, notre distributeur, Diffusion Dimedia, a dû cesser de l’approvisionner.

Il se peut donc que vous ayez des difficultés à trouver dans les magasins Renaud-Bray les ouvrages des Éditions du Boréal, mais ceux-ci peuvent être obtenus facilement dans toutes les autres librairies et chez tous les autres détaillants de livres au Québec.

Nous vous remercions de votre compréhension.

none

Ici ÉTAIT Radio-Canada : un livre raconte l’histoire de la radio-télévision publique, de la construction à la déconstruction

Montréal, le 20 août 2014 — L’ancien directeur général de l’information de Radio-Canada, Alain Saulnier, raconte l’histoire, de la construction à la déconstruction, de la radio-télévision publique dans un livre à paraître cet automne aux Éditions du Boréal : Ici ÉTAIT Radio-Canada.

Le 22 février 2012, Alain Saulnier est convoqué au bureau du vice-président Louis Lalande qui lui apprend que Radio-Canada met fin à son emploi. Comme journaliste et dans divers postes de responsabilité, Alain Saulnier était dans la maison depuis vingt-cinq ans. Pourquoi la direction a-t-elle décidé, après plusieurs autres mises à pied de cadres, de le remercier à son tour ce jour-là ? Le président Hubert T. Lacroix avait-il des comptes à régler ? Était-ce une décision politique voulue par le gouvernement conservateur ?

Le Canada, pays qui a plus de géographie que d’histoire, s’est construit grâce aux communications, ferroviaires au XIXe siècle, audiovisuelles depuis. Que serait devenu le Québec sans la création, en 1936, de Radio-Canada ? On sait l’importance des séries dramatiques, de la  chanson, des émissions musicales ou de variétés dans la  culture québécoise. On connaît aussi l’apport essentiel des émissions d’affaires publiques et d’informations dans notre connaissance du monde. Pourquoi, depuis la  Révolution tranquille, le gouvernement du Canada voit-il les activités de Radio-Canada comme celles d’un serpent en son sein ?

Quand, l’un après l’autre, d’année en année, les gouvernements canadiens ont amenuisé l’allocation parlementaire de l’entreprise publique, poussant Radio-Canada à commercialiser son antenne pour survivre, les politiques ont en fait choisi d’étouffer à petit feu la liberté de création  des artistes et celle des journalistes d’informer adéquatement  le public.

Est-il trop tard pour sauver cette institution essentielle à notre démocratie?

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Gabrielle Cauchy, attachée de presse des Éditions du Boréal, au 514 336-3941, poste 229, ou par courriel à : cauchy@dimedia.qc.ca

Aucun commentaire

Claude Morin le dit comme il le pense

morin_jeledis_pMontréal, le 18 août 2014 — Les Éditions du Boréal annoncent la parution, le 23 septembre, du livre Je le dis comme je le pense, de Claude Morin, figure politique bien connue au Québec.

Le père de l’« étapisme » et ancien ministre des Affaires intergouvernementales dans le gouvernement Lévesque sort de sa retraite et partage ses réflexions sur un sujet capital pour les souverainistes et tous ceux qui ont à cœur l’avenir du Québec : vu la situation actuelle, que faire ? Il propose à cet égard une approche nouvelle fondée sur une analyse rigoureuse et sans concession de la réalité présente. Claude Morin a écrit son ouvrage en pensant au Parti québécois, mais pas seulement à son intention. Il y pose quelques questions essentielles : la souveraineté doit-elle être un objectif ou un moyen ? Le référendum de 1995 a-t-il été une erreur ? Comment, en valorisant concrètement l’identité québécoise, le PQ peut-il surmonter la morosité actuelle touchant la souveraineté ?

Dans une deuxième partie du livre, Claude Morin explique l’origine et le sens de son engagement politique et revient, avec certaines précisions inédites, sur des situations qu’il a vécues. Il insiste sur son attachement à la langue française, réfléchit sur le rôle de conseiller qu’il a joué, réaffirme son attachement à la social-démocratie et tente de cerner les causes de la méfiance actuelle envers les politiciens.

La troisième partie est la plus personnelle et la plus inattendue. Claude Morin offre une réflexion sur son cheminement en matière religieuse.

« Les probabilités pour que ce livre soit mon dernier sont fortes, nous dit Claude Morin. C’est le moment ou jamais, donc, de m’y exprimer sans faux-fuyant ni langue de bois. Quand on se parle à demi-mot, on se comprend à moitié. »

En plus d’une carrière de tout premier plan depuis la Révolution tranquille jusqu’au référendum de 1980, Claude Morin a enseigné à l’Université Laval et à l’ÉNAP. Il a publié de nombreux livres, notamment L’Art de l’impossible (1986), Lendemains piégés (1987), Mes premiers ministres (1991), Les choses comme elles étaient (1994), L’Affaire Morin, légendes, sottises et calomnies (2006).

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Gabrielle Cauchy, attachée de presse des Éditions du Boréal, au 514 336-3941, poste 229, ou par courriel à : cauchy@dimedia.qc.ca

Aucun commentaire

Événements

23 juillet 2014

Les Correspondances d’Eastman reçoivent des auteurs du Boréal

Michael Delisle, Dany Laferrière, Pierre Nepveu, Madeleine Gagnon et Samuel Archibald vous invitent à participer à toutes sortes d’activités en leur compagnie dans le cadre des Correspondances d’Eastman, qui se dérouleront du 7 au 10 août. Pour de plus amples informations sur les événements, n’hésitez pas à consulter la programmation.

Pierre NepveuGagnon_Madeleine_wArchibald_SamueldelislemichaelDany Laferrière

Aucun commentaire

Événements

23 juillet 2014

Le Festival acadien de poésie de Caraquet reçoit France Daigle

France Daigle participera du 7 au 10 août au Festival acadien de poésie de Caraquet. Venez rencontrer l’auteur de Pour sûr lors de différentes activités autour de la poésie. ***

Pour de plus amples informations sur les événements, n’hésitez pas à consulter la programmation.

DaigleBC253daigle_poursur_w

Pour sûr est, entre autres choses, une somme encyclopédique, un labyrinthe, une exploration de la folie des nombres, un précis de typographie, un reliquaire, une défense et illustration de la langue chiac, une réflexion sur les cultures minoritaires et leur obsession linguistique, un jeu de pistes, le roman d’un coin de pays. C’est une entreprise aux dimensions surhumaines que France Daigle mène à son terme avec une éblouissante virtuosité.

C’est aussi l’histoire de personnages attachants, Terry et Carmen, que l’on a connus dans les précédents romans de l’auteur, leurs enfants Étienne et Marianne, et toute cette humanité qui gravite autour du bar Le Babar, à Moncton – les Zablonski, Zed, Pomme –, artistes, gens ordinaires, qui, tout en vaquant à leurs activités quotidiennes, s’interrogent sans cesse sur leur place dans le monde, d’un point de vue géographique, historique, politique ou culturel.
Devant la savante architecture du roman, suite de fragments agencés selon une implacable structure mathématique, on ne peut s’empêcher de penser à l’Oulipo et à La Vie mode d’emploi. Mais la rigueur de la forme offre ici un contraste saisissant avec le caractère insaisissable et imprévisible du chiac, avec l’infini pouvoir d’émotion rattaché aux mots de l’enfance, aux mots des ancêtres.

Aucun commentaire

Pascale Navarro au Sommet des femmes

Pascale Navarro sera de la programmation du Sommet des femmes, qui se déroulera du 17 au 19 août à Edmundston, au Nouveau-Brunswick. Elle animera un atelier sur le thème « Quand les femmes font la politique autrement ». Dans son dernier livre, Les femmes en politique changent-elles le monde ?, l’auteur défend l’idée selon laquelle le pouvoir féminin n’existe pas en tant que tel, mais qu’un grand nombre de femmes en politique peuvent changer lois, règlements et milieux de vie, parce qu’elles transmettent dans l’exercice de leur pouvoir les valeurs du groupe auquel elles appartiennent.

N’hésitez pas à consulter la programmation pour plus d’informations.

NavarroPascale2010navarro_femmespoliti.indd

Aucun commentaire

Rencontre littéraire avec Madeleine Gagnon

Dans le cadre des festivités des 125 ans de la ville d’Amqui, la bibliothèque Madeleine-Gagnon reçoit l’auteur de qui elle tire son nom pour un cinq à sept littéraire. Madeleine Gagnon, grande romancière et poète québécoise, a publié en 2013 un récit autobiographique intitulé Depuis toujours. Son apport à la littérature québécoise lui a valu une nomination à l’Ordre du Canada en 2014.

« Sous la plume de Madeleine Gagnon, c’est plus que le récit d’une vie, c’est le portrait de toute une génération qu’on y trouve. »
Chantal Guy, La Presse

***

Le 2 juillet à 17 h
Bibliothèque Madeleine-Gagnon
24, Promenade de l’Hôtel-de-Ville
Amqui (Québec) G0J 1B0

Gagnon_Madeleine_wgagnon_toujours_w

none

Claudine Bourbonnais aux Jardins de Métis

Le Carrefour de la littérature, des arts et de la culture vous convie à un thé littéraire en compagnie de Claudine Bourbonnais. Venez entendre l’auteur parler de son premier roman, Métis Beach.

Le billet pour le thé littéraire donne aussi accès aux Jardins de Métis à partir de 14 h.

bourbonnais_metisbeach_w BourbonnaisClaudine_w

***

Le dimanche 29 juin à 16 h

Villa Estevan des Jardins de Métis
200, route 132
Grand-Métis (Québec) G0J 1Z0
12 $ pour les non-membres
8 $ pour les membres du CLAC, des Jardins de Métis et du Salon du livre de Rimouski
Réservation : 418-775-2764 ou culture@clac-mitis.org

none

Ook Chung au Cercle littéraire Françoise-Loranger

Le Cercle littéraire Françoise-Loranger recevra Ook Chung le mercredi 18 juin à la bibliothèque de Mont-Saint-Hilaire. Venez entendre l’auteur de La Trilogie coréenne lors d’une rencontre sur le thème du « Fruit de l’exil ».

Trilogie coreennechung

Le français est ma langue d’adoption, mais n’est-il pas plus juste de dire que c’est elle qui m’a adopté, comme des parents adoptent un orphelin sans son consentement ?

Si j’écris en français, ce n’est pas tant parce que je trouve la langue française belle que parce que j’ai « quelque chose à dire ». Et, paradoxalement, ce que j’ai à dire est ma condition d’exilé. Je parle, je pense, j’existe dans une langue « accidentelle » et si je suis devenu écrivain, c’est encore par accident. Le métier de conteur est l’héritage que j’ai reçu de ma condition d’être-en-exil.

***

Le mercredi 18 juin à 19 h 30

Cercle littéraire Françoise-Loranger
Bibliothèque Armand-Cardinal
150, rue du Centre-Civique
Mont-Saint-Hilaire

none

L’enfant qui savait parler la langue des chiens traduit en neuf langues et en vente dans des dizaines de pays.

BC271gruda_chien_sans_wLe roman de Joanna Gruda, L’enfant qui savait parler la langue des chiens, paru aux Éditions du Boréal en février 2013, continue à susciter l’intérêt des éditeurs sur la scène internationale. Les droits de traduction viennent d’être cédés en Chine. Récemment publié aux États-Unis par la prestigieuse maison littéraire Europa, le livre est aussi offert depuis quelques semaines en italien et en néerlandais. Des traductions paraîtront au cours des prochains mois en catalan et en castillan (en Espagne et en Amérique latine), en polonais, en portugais (au Brésil) et en turc.

Il s’agit d’un très beau succès pour ce livre qui raconte l’enfance hors du commun d’un jeune garçon pendant la Seconde Guerre mondiale.  Le héros raconte, sans la moindre sentimentalité mais avec la candeur et l’entrain de sa jeunesse, les heures les plus sombres du siècle dernier. S’inspirant de l’histoire de son père, Joanna Gruda offre un récit captivant qui se veut aussi une extraordinaire leçon de survie.

Le roman est offert depuis le début de l’année dans la collection «Boréal compact».

none

Prix et mentions

13 juin 2014

Le prix Richard-Arès est décerné à Frédéric Bastien

La Bataille de LondresLe prix Richard-Arès 2013 de L’Action nationale a été décerné à Frédéric Bastien pour son essai La Bataille de Londres. Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel.

Le prix Richard-Arès récompense annuellement l’auteur du meilleur essai publié au Québec portant sur des grandes questions d’intérêt national. Il est doté d’une bourse de 1000 $.

Pour plus de détails, cliquez ici

none

Les Éditions du Boréal
4447, rue Saint-Denis, Montréal (Québec), Canada H2J 2L2
Tél: (514) 287-7401 Téléc: (514) 287-7664

Les photos des auteurs ne peuvent être reproduites sans l'autorisation des Éditions du Boréal.

Conseil des Arts du Canada Patrimoine canadien SODEC Québec